LA DIAGONALE DU VIDE N°5



Je claque mes pompes avec une aisance qui m’étonne presque, me relève et sens les effluves érotiques qui s’échappent de mes pores, heureuses. La ville est baillonnée par une lumière blanche, comme un gros morceau de coton venu apaiser une méchante plaie. Le voisin d’en face fume sa clope jusqu’au filtre et la jette, suis des yeux sa lente chute jusqu’au caniveau. Il me voit et il ferme sa fenêtre. J’essaye de voir ce qu’il fait, où il va, à quoi il pense, mais le gars s’est évanoui dans l’obscurité de son HLM, trop heureux de continuer à roupiller sans mauvaises arrières pensées.


Un type se balance en bas, un sac au bout des doigts, il trébuche sur lui-même. Ivre ou blessé ? Je n’en sais rien et tout ce que je lui crie depuis mon balcon n’a aucun effet sur sa démarche. Il rentre dans mon immeuble d’un bond, comme s’il tombait. Je descend les escaliers quatre à quatre, heureux d’avoir enfin de l’action. En bas, rien, personne. J’en profite pour attraper le courrier et, derrière une lettre de la CAF, je reconnais l’écriture de Clem’, avec son numéro d’écrou : 304983. Adossé aux boites aux lettres, je déchire avidement la mince enveloppe.

“Georges,

Ça faisait un bail que je t’avais pas écrit. Les bâtards m’ont pété le bigot et j’ai pris du mitard, direct. Le surveillant avait la haine contre moi, c’était clairement personnel. Ils m’ont tout mis dessus.

Ici, c’est la merde. On est cinq dans la cellule, le nouveau dort sur un matelas par terre. C’est tendu entre nous même si y'a parfois une bonne ambiance. C’est la télé qui rythme tout et ces cons adorent mater Hanouna alors que ce bâtard me rend ouf. Avec le coronavirus, la prison est sur les nerfs. Les parloirs vont sauter, ça tourne de partout. J’ai vu une vidéo en Italie où ils ont tout niqué, la prison en feu, les gars contrôlaient la zone. En France aussi ça pète. Ca va péter.

Tout le monde parle de mutineries. J’sais pas trop ce que ça veut dire, mais ça a l’air énervé. Je ne sais pas ce qu’on va faire ici. Ça parle de foutre le feu aux cellules.

Alors quand j’vois les gens se plaindre du confinement, dire que c’est la prison et fuir dans leurs maisons secondaires, j’me dis qu’ils ont pas trop capté. Ici, y’a des gars qui ont volé un Fanta et qui sont en détention provisoire. Ils ont pas été jugés. Ils sont présumés innocents. On chie devant quatre inconnus, on a quatre douches pour une coursive soit soixante-dix personnes. Si le coronavirus arrive ici, c’est la merde.

Clem"

Je remonte dans ma piaule, allume la console. Ça va aller en fait.

Georges

  • White SoundCloud Icon
  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon

© Les Oiseaux Noirs : depuis des temps immémoriaux jusqu'à nos jours et plus encore...